Comprendre le mécanisme des trois livres comptables

Tout commerçant est obligé de tenir trois livres comptables. Le livre- journal, le grand-livre et le livre d’inventaire (il est devenu facultatif depuis 2016.). Les commerçants sous le régime de la micro-entreprise et sous le statut d’auto-entrepreneur sont exemptés.
Ces trois livres comptables sont requis dans ce secteur d’activités. Ils sont conservés en original pendant 10 ans. Ils sont sous forme de documents manuscrits et de documents électroniques devenus courants aujourd’hui.

Transcription rigoureuse et journalière

A quoi sert le livre-journal ? Tous les mouvements liés directement ou indirectement au patrimoine de l’entreprise sont transcrits dans ce document.
Avoir le choix entre deux transcriptions est donné au comptable. Il consignera toutes les écritures dans un support appelé techniquement le livre-journal. Il peut utiliser plusieurs journaux auxiliaires. C’est le cas du journal des achats, du journal des ventes et du journal de banque. Centralisés, ces journaux forment le livre-journal. Toutes les opérations sont transcrites journalièrement.

Comprendre le mécanisme des 3 livres

Pourquoi le grand-livre ? Ce grand-livre est destiné à reprendre toutes les informations du livre-journal. Elles sont classées par compte comptable. Cette démarche se fait en fonction du plan comptable de l’entreprise. Chaque opération est rattachée au compte comptable.
Chaque entreprise est libre de décliner le grand-livre en plusieurs grands-livres auxiliaires. Ils seront centralisés également pour former un seul grand-livre comptable.
Le livre d’inventaire est adopté pour faciliter le travail du comptable et pour faciliter l’établissement du bilan.

Ni blanc ni altération

Dans le livre d’inventaires, le comptable transcrit tous les éléments passifs et actifs de l’entreprise. Toutes les immobilisations figurent dans ce livre d’inventaire qu’elles soient financières, corporelles ou incorporelle.
Depuis le 1er janvier 2016, le livre d’inventaire ne fait plus partie des états comptables obligatoires.
Manuscrits ou en format électronique, les livres comptables sont exigés par la loi. Ils ne doivent souffrir d’aucun blanc et d’aucune altération. La tenue se fait en monnaie nationale.